Le nouveau miracle de Saint-Aventin

Ayant par un heureux hasard retrouvé les plans de l'ancien château de Creney, j'avais lancé -sans trop d'espoir- un appel aux personnes qui posséderaient des renseignements inédits sur ce sujet. Quelle ne fut pas ma surprise, quelques jours plus tard, quand j'ai été contacté par un habitant de notre bonne cité qui m'annonça d'une voix exaltée:

"J'ai retrouvé un vieux papier avec un drôle de dessin, on voit des tours, et à côté c'est tout écrit en latin, mais J'ai reconnu un mot CRENIACIO, c'est un peu comme le nom des gens qui font le son et lumière, à Creney. Ça vous intéresse?"

La réponse allant de soi, j'ai bien vite invité mon interlocuteur à me présenter le précieux document. Quelle ne fut pas ma surprise, en apercevant ce petit parchemin : il correspondait en tous points à un manuscrit décrit par Fichot, au siècle dernier, et qui semblait disparu.

Le texte, transcrit par Courtalon, raconte comment, le 7 novembre 1605, une côte de Saint-Aventin a été apportée en grande pompe par Pierre Denise, chanoine de Saint-Etienne de Troyes. Et en effet, à l’intérieur du ''P" qui commence ce texte on voit un cortège sortir d'une porte qui rappelle fort celle du vieux Troyes, tandis qu'un autre cortège venant de franchir un pont-levis vient à sa rencontre.

Faut-il y voir la preuve que ce second cortège sortait du château de Creney?

Ou que notre bonne cité était alors fortifiée?

Ce serait bien hasardeux, d'autant plus que l'historien troyen note, sans malice, que trente-deux autres églises ont également reçu une côte du saint. Il y a fort à parier que les diplômes attestant cette cérémonie ont été réalisés à la chaîne par un moine peu soucieux de transcrire fidèlement le paysage...

Quand je lui demandai comment il était entré en possession de ce document au demeurant fort intéressant, mon interlocuteur un peu gêné promit de le léguer à la commune après sa mort, mais il me confia qu'il souhaitait jusque là garder l'anonymat : le précieux vestige ayant été donné en cadeau à sa mère par un ancien curé de Creney, en échange de quelques menus services.