Retour à la page d'accueil                                                                                   Retour à : Histoire de Creney

******   QUELQUES NOUVELLES DE 1791 ******

 

Le premier janvier 1791, conformément à la "loi du serment" votée par les députés le 26 novembre 1790 et acceptée par Louis XVI (après usage du fameux "véto"), l'abbé Valton est nommé curé de Creney, fonctions qu'il exerçait déjà depuis plusieurs années. La loi étant mise en application le 26 janvier, I'abbé Valton prête serment le 6 février (contrairement à la majorité de ses collègues). Le samedi 19 mars, il prête à nouveau serment et bénéficie alors du titre de fonctionnaire public.

Le 5 avril, le registre de délibérations du canton de Creney indique qu'une dame de charité doit être nommée dans chaque commune du canton afin de venir en aide aux nécessiteux. Pour Creney, c'est Marguerite Bablin femme d'Edme Bersin, laboureur, qui est désignée. La fin de I'année est riche en réformes politiques : Louis XVI accepte la nouvelle constitution qui limite sérieusement ses pouvoirs. Les députés de l'Assemblée Constituante démissionnent, et il y a de nouvelles élections pour mettre en place l'Assemblée Législative. Dans la foulée ont lieu des élections municipales. Danton devient substitut à la mairie de Paris. A Creney, le 20 novembre, c'est Louis Beuve qui devient Maire avec 37 voix sur 60. (Le petit nombre de voix s'explique par le fait que les femmes et les pauvres n'avaient pas le droit de vote.)

L'an 1791, le 9 may à trois heures, La procession se faisant de la paroisse de Creney après les vêpres de manière accoutumée, après les stations faites, les paroissiens retournant à I'église après le Clergé, s'est trouvé venir derrière la dite procession une voiture attelez d'un chevalle sous poil briard dont était en laditte voiture mademoiselle Bertrand se disant de Ramerupt accompagnée d'un jeune homme, sans s'être détourné de laditte procession le voyant au devant et voulant passé au travers, son cheval s'emportant auquel pour éviter le mal qui aurait pu survenir dont s'est trouvé le nommé Jean Baptiste Degois un de ses paroissiens allant au devant pour éviter le mal ayant mis la main à la bride ne voyant les gens en laditte voiture se gêner s'est trouvé culbuté et renversé et tripé dudit cheval la teste cassé son habit haché et même se sentant blessé aux corps auquel ont arrêté ledit cheval et déposé au greffe de la municipalité auquel nous avons dressé le procès-verbal en présence de laditte demoiselle Bertrand...

Ayant entendue la partie blessée et la demoiselle qui s'est offert à satisfaire à tout ce qui aurait pu survenir dont elle a payé par accord fait à la partie blessée la somme de dix huit livres et une livre quatre sols pour l’amande faite de n'avoir arrêté...

Retour à la page d'accueil                                                                                   Retour à : Histoire de Creney