Carnaval 2003

Page d'accueil Piste de Chronos                      Page d'accueil Carnaval

 

Groupe de percussions
Confrérie du CRAC
Les souffl'à cul, par la bande à Coluche
Le lac des cygnes, par tous les enfants
Les clairons de Saint Urbain de Joinville
La Saint-Jean, par le foyer de l'Enfance
La savane, par le foyer de l'Enfance
Le dragon et les licornes, association Kung-fu Schaolin Vuba
Fanfare des Noës
Saint-Claude, par l'association du Mont Saint Loup
Le château de cartes, domaine de Mantenay
Fanfare de Saint Lyé
La bohème, par la bande à Chantal
Le roi Lion, par la bande à Jojo de Wassy
Grande suite costumée

 

Jugement de l'épouvantable PERE DENIS

Qui a pris un malin plaisir depuis un an à accumuler les pires méfaits sur les terres de notre Bonne Cité et Autres Lieux.

La lecture de ses crimes étant de nature à faire frémir les âmes les mieux trempées, nous conseillons aux personnes sensibles de se boucher les oreilles ou de s'éloigner. Pour les durs de la feuille, nous leur conseillons de se rapprocher.

Or donc, Braves et courageux citoyens de Creney et Autres Lieux, Oyez, Oyez, Oyez.

Selon les renseignements que nous avons obtenus par des moyens que la morale réprouve mais qui ont le mérite d’être efficaces, le Père Denis était sur le point d’anéantir la plupart des libertés qui font de notre République le plus bel endroit du Monde.

Au moment où nos Gardes l’ont capturé, il était en train de pirater le système informatique de l’Assemblée Nationale, dans le but de fausser le vote de nos élus. Cela lui aurait assuré à tous les coups une écrasante majorité dans le vote de nouvelles lois qui lui auraient permis d’accumuler une fortune immense et même considérable.

Premièrement, avant même d’envisager la naissance d’un enfant, les parents auraient dû verser sur un compte bloqué une somme suffisante pour couvrir les frais de l’accouchement et des études du futur contribuable, jusqu’à ce qu’il soit en mesure de gagner lui-même sa vie.

Deuxièmement, La loi sur la semaine de trente-cinq heures aurait subi quelques aménagements : notre homme prétendait en effet que les premières trente-cinq heures ne devaient pas être payées, par reconnaissance pour l’entreprise qui acceptait de donner du travail à toute cette population d’incapables et de crève-la-faim. Seules les heures supplémentaires pourraient être payées.

Troisièmement, afin de résorber les excédents et de remonter le moral du Peuple, chaque citoyen aurait été contraint de consommer quotidiennement deux litres de vin de France pour les hommes, un litre pour les femmes et les enfants de douze ans, un demi-litre pour les plus jeunes.

Quatrièmement, l’application de la loi précédente étant incompatible avec la conduite d’un véhicule à moteur, seules les voitures avec chauffeur auraient été autorisées à circuler, ce qui permettrait en plus de limiter les embouteillages et les difficultés de stationnement.

Cinquièmement, la plupart des gens ayant la déplorable habitude de vieillir, les travailleurs auraient eu le droit de ne plus travailler pendant les cinq dernières années de leur existence, ce qui serait établi au moyen d’un bilan médical effectué aux frais de l’employé.

Sixièmement, il aurait été possible de gagner des années de retraite supplémentaires, ou des autorisations de circuler, ou l’honneur de manger à la table de Père Denis, en gagnant à des jeux de la Télévision Nationale Privée, ou en souscrivant une assurance spéciale auprès de la Compagnie de Protection du Père Denis.

Comme vous le constatez, cher bon peuple de France et de Creney, sans l’intervention efficace de nos Gardes et de notre Tribunal, des jours difficiles vous attendaient. Aussi, après en avoir délibéré avec le meilleur de Nous-Même, Nous, Juge de notre Tout-Puissant Tribunal, condamnons l'ignoble Père Denis à avoir les orteils et les poils du nez grillés jusqu'à ce que mort s'ensuive.

 

en travaux

 

Page d'accueil Piste de Chronos                      Page d'accueil Carnaval