Carnaval 2002

Page d'accueil Piste de Chronos                      Page d'accueil Carnaval

 

Samba d'ici et ses danseuses, de Nogent Sur Seine
Confrérie du CRAC
Les souffl'à cul, par la bande à Coluche
M'EURO VACHE, association du Mont St Loup
Fanfare des Noës
Les cités d'or, foyer de l'Enfance
Les Cow-boys, foyer de l'Enfance
La laiterie Coeurlequine, par les enfants de Creney
Les clairons de Saint Urbain de Joinville
L'union vélocipédique Belle Epoque, de Villejoint Blois
J'ai dix ans, domaine de Mantenay
Le char-cutier, intervillages
Fanfare de Saint Lyé
King-Kong, par la bande à Jojo de Wassy
Grande suite costumée

 

Jugement de l’abomiffreux

Sam A. Dobeuliou

Qui a pris un malin plaisir depuis un an à accumuler les pires méfaits sur les terres de notre Bonne Cité et Autres Lieux.

La lecture de ses crimes étant de nature à faire frémir les âmes les mieux trempées, nous conseillons aux personnes sensibles de se boucher les oreilles ou de s'éloigner. Pour les durs de la feuille, nous leur conseillons de se rapprocher.

Or donc, Braves et courageux citoyens de Creney et Autres Lieux, Oyez, Oyez, Oyez.

Selon les renseignements que nous avons obtenus par des moyens que la morale réprouve mais qui sont efficaces, monsieur DOBEULIOU Sam A. serait l’héritier d’une des familles les plus riches et les plus réputées de notre planète.

Dès sa naissance, chacun vit qu’il s’agissait d’une créature exceptionnelle, car elle disposait de deux corps rattachés par la tête et par le côté. Il s’agissait en fait de deux frères siamois, mais avec un seul cerveau et un seul foie pour les deux.

Les chirurgiens qui procédèrent à la séparation, ne voulant pas prendre de risques, donnèrent à l’un le cerveau, et à l’autre le foie, ce qui permit de les reconnaître car l’un eut ainsi le teint verdâtre alors que l’autre accumulait les bourdes.

Après une jeunesse plus tumultueuse que studieuse, messieurs Double Iou soufflèrent un jour leurs deux fois cinquante bougies, et le papa décida qu’il était grand temps de les propulser dans la vie active. Un seul emploi était disponible, un emploi de président. Un seul des deux jumeaux pouvait y prétendre, celui qui avait un foie, pour résister aux nombreux cocktails que tout bon président doit présider. Il restait une formalité, l’élection : on décréta que Dobeuliou était élu car il avait eu moins de voix que son concurrent, et le tour fut joué.

Certes, le nouveau président était quelquefois à côté de la plaque : il confondait le Japon et la Laponie, il croyait que le président Français s’appelait Daladier. Malgré tout il criait haut et fort qu’il était le maître du monde et qu’il allait bombarder l’Irak, ce qui prouvait qu’il était à la hauteur.

De dépit, son jumeau se retira dans le désert pour méditer. Comment devenir aussi célèbre que son frère et passer à la télé ?

Comme il n ‘avait pas de foie, il ne pouvait pas se présenter au concours du plus gros buveur de bière, ou du plus gros mangeur de boudin. Il fallait donc choisir un exploit spectaculaire, comme on en trouve dans le livre des records, mais en mieux. Du genre, casser trente briques avec le petit doigt. Il décida donc de casser des statues géantes, en appuyant avec le petit doigt sur le déclencheur d’une charge de dynamite. L’image passa à la télé, mais pas assez à son goût.

Il décida alors de détruire un autre monument remarquable, une cathédrale. Comment ? En se jetant dessus avec un U.L.M.. Et c’est ainsi qu’un beau jour il s’élança des sommets de Montgueux, avec pour objectif la tour sud de la cathédrale de Troyes. La vue brouillée par l’émotion et par une fiente de pigeon, il ne pouvait se guider qu’en regardant sur le côté gauche. Ainsi fut-il très surpris de ne rien ressentir alors que la tour Nord passait à côté de lui. Le temps de comprendre que la tour Sud n’avait jamais été construite, il entendit un craquement au-dessus de sa tête : son aile volante venait de se déchirer sur le clocher de Creney, et il tomba tout droit dans le chenil d’un des gardes de notre Tout Puissant Tribunal.

L’interroger, le faire avouer, tour le reste n’était que de la routine.

Les faits étaient établis, l’accusé avait bien froissé les plumes du Coq de notre clocher.

Aussi, après en avoir délibéré avec le meilleur de Nous-Même, Nous, Juge de notre Tout-Puissant Tribunal, condamnons l'ignoble Dobeuliou Sam A à avoir les orteils et les poils du nez grillés jusqu'à ce que mort s'ensuive.

 

 

en travaux

 

Page d'accueil Piste de Chronos                      Page d'accueil Carnaval