Les vitraux des chapelles sud

Baie 4 (chapelle de la Vierge)

Ce vitrail a été donné vers 1510 par Jehan Gubelin et sa femme. Nous n’avons aucun renseignement sur ces donateurs. Il présente des scènes de la vie de la Vierge. En bas à gauche est représentée l’Annonciation. Le donateur et ses deux fils y sont représentés. En bas à droite, les apôtres se réunissent pour assister aux derniers moments de la Vierge. La donatrice est représentée au bas du tableau. Le panneau en haut à gauche présente la mort de la Vierge. Saint Jean lui met entre les mains la palme que l’archange Gabriel avait cueillie dans le paradis. Jésus tient dans ses bras l’âme de la Vierge représentée par une petite figure d’enfant vêtue d’une robe violette. Le quatrième panneau représente le convoi de la Vierge. Le grand prêtre des Hébreux a voulu renverser le cercueil, mais ses bras ont séché et sont restés collés. Remarquez l’inscription : « perfide juif de race de Lévi »… La légende dit que le grand prêtre a dû reconnaître qu'il croyait en Jésus et embrasser le cercueil pour détacher ses bras et en retrouver l'usage.

Dans les lobes, partie haute de la fenêtre, Jésus assiste au dernier soupir de sa mère; il reçoit son âme sous la forme d'une petite figure nue; la Vierge, portée par des anges, monte au ciel; les anges reçoivent son âme; la Vierge est couronnée par la sainte Trinité.

Dans tout ce vitrail, la richesse des costumes et des couleurs, les perles gravées dans les costumes sont des marques d'une grande qualité.

Baie 6

Les deux panneaux supérieurs malheureusement peu lisibles représentent Saint Vincent et Saint Barnabé. Cette verrière du XVIème siècle a été donnée par la corporation des vignerons, ce qu’indique le blason figurant dans les lobes supérieurs de la baie. Saint Vincent est représenté attaché à un pied de vigne, les pieds dans un bûcher, tenant une serpe dans sa main. Saint Barnabé tend de la main droite une grande branche de vigne garnie de raisins. L’inventaire de Fichot réalisé au XIXème siècle indique que ces panneaux avaient été utilisés pour remplacer le mauvais larron disparu de la baie centrale. Ils ont retrouvé leur place lors de la repose des vitraux en 1958. Les ateliers de Max Ingrand ont complété cette baie avec deux panneaux modernes représentant les instruments de la Passion, stylisés dans des teintes assorties à celles des panneaux supérieurs.

Tout en haut, une Pieta entourée d’une nuée d’étoiles dont plusieurs ont conservé le fameux montage en chef d’œuvre, preuve de virtuosité du maître verrier.

 

Baies 10 et 14

Les tympans de ces deux baies abritent des panneaux recomposés à partir de fragments de vitraux inscrits comme étant du début du 16ème siècle. Rien n'indique à quelles baies ils ont pu appartenir à l'origine. La netteté des traits des visages est surprenante, en comparaison des autres verrières du 16ème.

Saint Pierre et un ange

La Sainte Trinité

Pour naviguer dans le site, cliquez sur les liens :

Accueil "Sur la piste de Chronos Accueil "Eglise de Creney" 1 Les origines
2 L'intérieur 3 Vitraux du sanctuaire 4 Vitraux des chapelles sud
5 Vitraux des chapelles nord 6 Les statues 7 Autres objets
8 La porte sud 9 L'Hôtel-Dieu Saint Nicolas 10 Les travaux de 1800 à 1900